L’association HOP (Halte à l’obsolescence programmée) se félicite que l’Union européenne ait adopté des règles obligatoires pour rendre des produits plus économes en énergie et plus réparables.

De nouvelles normes d’éco-conception

La Commission Européenne a adopté ce jour des règles obligatoires pour rendre nos produits plus économes en énergie et pour améliorer leur réparabilité, grâce à une révision de l’étiquette énergie et de nouvelles normes d’éco-conception. Plusieurs types de produits sont concernés, comme les lave-linge, les lave-vaisselle, les téléviseurs ou encore les serveurs informatiques.

A compter de mars 2021, il sera obligatoire pour les fabricants de mettre à disposition des pièces détachées et de publier les informations nécessaires à la réparation de certains produits. Par exemple, pour les lave-vaisselle, les fabricants ou les importateurs devront mettre à disposition les pièces détachées les plus importantes (livrées en trois semaines), les outils et les informations nécessaires à leur réparation pendant une durée d’au moins 7 ans.

L’association HOP rappelle qu’allonger de 50% la durée de vie des équipements informatiques et de télécommunication, des meubles, du textile et de l’électroménager permettrait de réduire 77 millions de tonnes de CO2 par an. Selon la coalition Coolproducts, étendre la durée de vie des lave-linge de seulement cinq ans permettrait d’économiser autant d’émission de gaz à effets de serre que le retrait de 500 000 voitures de la route par an (en équivalent CO2).

HOP se félicite de la décision de la Commission mais reste vigilante.

Selon Laetitia Vasseur, co-fondatrice et Déléguée générale : “ Ces normes permettent de cranter un minimum pour la réparabilité de certains produits, mais c’est déjà ce qui se fait par la plupart des acteurs. Il faut être plus ambitieux pour lutter contre l’obsolescence programmée ”.

Les élus se sont engagés pour la durabilité

Au-delà de cette avancée salutaire pour rendre les produits du quotidien plus réparables, l’association, qui a publié un Livre Blanc avec plus de 50 mesures de politiques publiques et a obtenu des engagements des élus français, insiste sur le besoin d’élargir à davantage de catégorie de produits et de mettre en place des normes de durabilité à l’échelle européenne afin d’éviter les pannes qui génèrent des coûts pour les consommateurs/trices.