L’association HOP (Halte à l’obsolescence programmée) dépose aujourd’hui 19 décembre 2019 une plainte pour pratiques commerciales trompeuses contre le géant américain du commerce en ligne Amazon. L’association, qui est à l’origine des enquêtes contre Apple et Epson pour obsolescence programmée, reproche à Amazon de tromper les consommateurs sur leur droit à garantie des biens achetés sur la plateforme.

Durant une période de deux ans suivant l’achat d’un appareil, le vendeur est présumé responsable en cas de panne. Il doit alors réparer ou remplacer le bien sans que le consommateur n’ait rien à prouver. C’est la loi française à laquelle sont soumis l’ensemble des vendeurs professionnels de produits.

Toutefois, dans les cas où Amazon se comporte comme un vendeur ou un revendeur direct, la plateforme omet d’indiquer à ses clients que les biens achetés sont garantis deux ans, les privant ainsi d’une information substantielle pour exercer leurs droits. Elle les induit même en erreur en mentionnant une garantie d’un an seulement.

Selon l’association HOP, ces agissements sont constitutifs de pratiques commerciales trompeuses, délit réprimé par le code de la consommation. Alors que plus de 20 millions de Français sont clients d’Amazon chaque année, les impacts sociaux et environnementaux du non-recours à la garantie, en particulier la réparation, sont colossaux.

Selon Laetitia Vasseur, déléguée générale et co-fondatrice de l’association, « la garantie légale de deux ans protège le consommateur et incite le fabricant à concevoir des produits de meilleure qualité. En faisant en sorte d’écarter son application, Amazon entretient le modèle du tout jetable et de l’obsolescence programmée qui nuit à la planète et au pouvoir d’achat. » Samuel Sauvage, président de HOP, estime qu’« à l’heure où le gouvernement travaille à une loi sur l’économie circulaire et où des millions de Français réalisent des courses de Noël, le non-respect de leurs obligations par de grandes plateformes comme Amazon ne doit plus être toléré ».