L’échelon local est essentiel dans la lutte pour une plus grande durabilité de nos produits, car les solutions pour allonger la durée de vie de nos produits doivent être disponibles à proximité de chacun (ressourceries, réparation, achat de seconde main etc.). A l’occasion des élections municipales du 15 et 22 mars, nous avons interpellé les candidats des quinze plus grandes villes de France pour leur demander de se positionner sur leurs engagements en faveur de la durabilité. HOP étant une association non-partisane, aucune liste n’a été privilégiée par rapport à une autre.

En réponse à notre courrier, dix listes nous ont détaillé leurs engagements pour des produits plus durables et réparables à l’échelle locale : Nice écologique, Angers écologique et solidaire, Lille verte, Reims en commun, Rennes en Commun, Renouveau Bordeaux, Le cœur et l’action à Montpellier et Révéler Rennes, Saint-Etienne avant tout, Le temps de l’Ecologie à Saint-Etienne. A quelques jours du premier tour, HOP vous en livre le contenu.

 

Favoriser le réemploi des objets

La majorité des listes a conscience de l’importance de développer les ressourceries et les recycleries dans leur ville ; Rennes en commun s’engage ainsi à en augmenter le nombre, Renouveau Bordeaux et Révéler Rennes ont pour objectif de renforcer les collaborations associatives autour des acteurs du réemploi. Angers écologique et solidaire s’engage quant à elle à créer une matériauthèque accessible aux entreprises locales afin de faciliter le réemploi et le recyclage des matériaux notamment dans le domaine de la construction.

De plus, à notre grande satisfaction, le rôle des déchetteries dans l’allongement de la durée de vie de nos objets a été fortement pris en compte.

Au niveau de la collecte des déchets non organiques, Reims en Commun et Rennes en Commun s’engagent à l’améliorer et à la rendre plus opérante. Révéler Rennes aimerait placer, à proximité des écoles notamment, des containers de dépôt d’objets.

La réorganisation des déchetteries au service du réemploi des objets constitue également un enjeu de premier plan, tant ces équipements servent de porte d’entrée pour de nombreux citoyens. Cet enjeu est mentionné par Angers écologique et solidaire et surtout par Renouveau Bordeaux, qui propose de mettre en place des pôles de recycleries par quartier cogérés par la municipalité et des associations locales.

Le Temps de l’Ecologie (Saint-Etienne) s’engage à créer deux déchetteries supplémentaires.

En cohérence, le schéma des déchetteries a besoin d’être repensé. Rennes en commun souhaite mettre en place des espaces de gratuité dans les déchetteries et s’engage également à ne pas fermer la déchetterie de Chartres-de-Bretagne ; pour Reims en Commun, il faut intégrer des zones de réemploi (dépôt et récupération d’objets en libre accès) à l’intérieur des déchetteries. Saint-Etienne avant tout s’engage à ouvrir une troisième déchetterie en lien avec des associations de recyclage et dans laquelle auront lieu des ateliers de réparation et de récupération.

 

Soutenir les projets des acteurs de la réparation

Afin de permettre l’allongement de la durée de vie des produits, il faut que les consommateurs puissent réparer leurs objets sans que cela ne leur revienne trop cher et tout en garantissant une réparation de qualité. Ainsi il est important pour HOP de soutenir les réparateurs afin de développer l’offre pour qu’elle soit accessible à tous.

Nice écologique, Reims en commun et Révéler Rennes s’engagent ainsi à soutenir les projets de Repair Café afin que ceux-ci soient accessibles aux ménages les plus modestes, en les développant par exemple dans les quartiers prioritaires de la Ville.

Dans le même sens, afin de rendre plus accessible la réparation, Révéler Rennes s’engage à soutenir les ateliers qui mettent à disposition des outils et Reims en commun veut créer des ateliers coopératifs de remise en état de matériels divers.

 

Développer l’économie du partage

Impulser une économie plus durable au niveau local implique d’organiser une meilleure mutualisation des objets et équipements entre citoyens ou entreprises. Ce sujet n’a pas fortement inspiré les listes qui ont répondu à notre appel, à deux exceptions près.

Pour impulser la pratique « zéro déchet », Reims en commun propose de développer le prêt aux habitants de broyeurs et composteurs et Nice écologique propose quant à elle de développer des groupes de formation et de partage à cette pratique.

 

Sensibiliser à la consommation durable

Autre volet de l’action publique locale, la sensibilisation des publics n’a pas été oubliée par les candidats. Rennes en Commun s’engage à développer la sensibilisati