Des mesures qui visent toutes les étapes du cycle de vie du produit et qui incluent les consommateurs : HOP salue l’esprit des mesures annoncées le 11 mars pour une économie circulaire à l’échelle européenne.

Le 11 mars 2020, la Commission européenne a annoncé un nouveau plan d’action pour l’économie circulaire. Celui-ci constitue l’un des principaux éléments du pacte vert pour l’Europe, le nouveau programme de croissance durable de la Commission. « HOP salue ce nouveau plan d’action qui prévoit des mesures à mettre en œuvre tout au long du cycle de vie des produits, et pas seulement pour gérer les déchets comme les politiques publiques ont eu tendance à le faire jusqu’à présent », déclare Laetitia Vasseur, Déléguée Générale de l’association. Le plan met en effet l’accent sur la phase de conception et de production des objets, avec pour objectif de « garantir que les ressources utilisées restent dans l’économie de l’UE aussi longtemps que possible ».

Il fait également une priorité de l’information aux consommateurs, pour leur donner les moyens de choisir les meilleurs produits. La Commission indique que « les consommateurs auront accès à des informations fiables sur des questions telles que la réparabilité et la durabilité des produits, afin de les aider à faire des choix durables pour l’environnement ». Une annonce qui fait écho à l’indice de réparabilité que vient d’adopter la France, pionnière en la matière, dans le cadre de la loi anti-gaspillage. Cet indice obligatoire à partir de 2021 se transformera en un indice de durabilité à partir de 2024.

La Commission annonce par ailleurs que « les consommateurs bénéficieront d’un véritable droit à la réparation ». Parmi les 50 mesures proposées par HOP pour une production et une consommation durable, l’accès effectif à la réparation est un élément clef. L’association a d’ailleurs obtenu, dans le cadre de cette même loi, la création dès janvier 2021 d’un «fonds réparation» pour apporter une aide financière à la réparation sur certains produits.

Le plan européen prévoit des mesures particulières pour « les secteurs utilisant le plus de ressources et dont le potentiel de contribution à l’économie circulaire est élevé », notamment le matériel électronique et les technologies de l’information et de la communication (smartphones, ordinateurs…) – un secteur qui génère une très grande quantité de déchets non recyclables.

Un processus législatif qui s’annonce dense s’ouvre donc aujourd’hui et pour les 5 prochaines années. HOP, dont de nombreuses recommandations ont été adoptées au niveau national, sera également très active au niveau européen pour porter la voix des consommateurs et défendre les intérêts qui sont autant les leurs que ceux de notre planète.

 

Voir le communiqué de presse de la Commission européenne

Voir le livre blanc de HOP : 50 mesures de HOP pour une production et une consommation durable

Voir les mesures de la loi antigaspillage en matière de durabilité et de réparabilité : « Loi anti-gaspillage : reste à passer de l’intention à l’application »