L’année 2019 a été synonyme de nouvelles belles victoires pour les combats de l’association HOP. L’économie circulaire et l’obsolescence programmée ont été le sujet de beaucoup de débats politiques en France et en Europe, impulsée par la grogne citoyenne exprimée ces dernières années. Les résultats dans les modes de production et de vente commencent à se faire sentir. Nous y avons travaillé sans relâche pour aller vers une économie plus responsable vis-à-vis des consommateurs et de notre planète.

Acteur majeur entendu dans l’élaboration du projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, HOP a su formuler et porter des positions claires et concrètes pour des biens plus durables et réparables. De concert avec d’autres organisations, nous avons milité et obtenu que le Parlement adopte la mise en place d’indices de durabilité et de réparabilité, l’interdiction de l’irréparabilité intentionnelle, la création d’un fonds réparation ou encore une extension de garantie de 6 mois lorsque le consommateur fait le choix de réparer un produit en panne. A travers un fort plaidoyer, nous agissons pour que les pouvoirs publics encadrent et promeuvent ces changements. Les échéances européennes et nationales de 2019 furent une opportunité unique d’encadrer et inciter le marché à s’améliorer en faveur de la durabilité.

Au-delà des nouvelles normes, il faut que les lois existantes s’appliquent vraiment pour faire cesser le sentiment d’impunité de certaines enseignes. C’est pourquoi nous suivons avec vigilance nos deux plaintes en obsolescence programmée déposées en 2017 contre Apple et Epson, lesquelles sont toujours en cours d’instruction, et c’est aussi pourquoi nous avons attaqué Amazon en décembre 2019 pour le non-respect de l’information des consommateurs en matière de garantie légale de conformité. Si nous pouvons nous féliciter de réels progrès, les délais et l’inertie du processus législatif nous imposent d’aller plus vite, par d’autres moyens !

L’obsolescence de nos produits reste une problématique qui nécessite un changement systémique dans tous les secteurs économiques.

Avec plus de 4 500 personnes touchées durant les 63 interventions réalisées en 2019, HOP continue de sensibiliser des citoyens de tous âges, avec des outils ludiques (posters, quiz, jeu, exposition…) et des conseils pratiques sur notre site produitsdurables.fr. Pour accroître le changement culturel nécessaire, en dehors des apparitions dans de nombreux médias, les membres de HOP diffusent le message de la durabilité à travers des tribunes ou des articles, et un partenariat avec le magazine Alternatives économiques. En quelques années, l’enjeu de la durabilité a ainsi été massivement pris en main par les citoyens !

Si les consommateurs ont un rôle important à jouer, les entreprises doivent proposer des biens et services tournés vers plus de durablilité, de réparabilité et de seconde main. L’animation d’un Club de la durabilité élargi permet de travailler avec un réseau d’entreprises volontaires pour participer à l’allongement de la durée de vie des biens. HOP reste néanmoins vigilante, avec la publication en septembre 2019 d’un rapport d’enquête sur les lave-linge.

Choisir un produit grâce à un indice de réparabilité efficace, préférer la seconde main au neuf, bien entretenir ses objets sont des gestes qui favorisent une consommation responsable. Mais celle-ci doit avant tout s’accompagner d’une production durable, robuste et réparable de la part des firmes. Les responsables politiques ont le devoir d’accélérer cette nécessaire transition écologique et citoyenne.

Dans une approche multi-acteur et constructive, positive et exigeante, nous avons à cœur de sensibiliser, de former des coalitions et proposer des solutions pour avancer concrètement en faveur de la durabilité.